Thème 2 : Représentations et variations linguistiques et discursives

Responsable : Sophie Sarrazin, professeur d’espagnol

Le thème 2 fédère les recherches portant sur la langue et les productions discursives et textuelles, recherches qui se déclinent en trois volets :

Le sous-thème « Plurilinguisme et transferts linguistiques », qui s’inscrit dans la continuité de l’axe « Plurilinguisme et poétiques de l’altérité » du contrat précédent, est centré sur la notion de plurilinguisme, entendue aussi bien dans sa dimension collective et territoriale – coexistence de différentes langues ou variétés linguistiques d’une même langue sur un territoire donné – que dans sa dimension individuelle – compétence multilingue d’un sujet. Les recherches menées au sein de ce programme intéressent les phénomènes nés du contact de langues (alternance codique, interférences phonétiques, morphologiques, syntaxiques, lexicales) et rencontrent naturellement la question de l’interculturalité et du métissage culturel mais également celle de la diglossie, les situations de contact linguistique supposant le plus souvent une répartition inégalitaire des usages. Abordé comme une compétence individuelle, le plurilinguisme met en jeu l’acquisition et la didactique des langues-cultures.

Les recherches développées au sein du sous-thème « Idées linguistiques » suivent une orientation hautement transdisciplinaire, tant par les domaines sollicités – épistémologie et historiographie, analyse du discours, sociolinguistique, psycholinguistique – que par les objets et phénomènes analysés – discours méta- et épilinguistiques, systèmes de représentation graphique, variation phonétique, lexique mental. La mise en relation de ces différentes approches permettra de faire émerger de nouvelles perspectives sur la question de la représentation des faits linguistiques, des langues et de leurs variétés. Elle permettra également de mieux appréhender l’incidence de ces objets de pensée sur les pratiques linguistiques. Les questionnements autour de la norme et de la variation ou du changement linguistique y trouvent naturellement leur place.

L’étude des relations entre parole et discours et celle des typologies textuelles (textes de nature autobiographique ou à dimension testimoniale, prédication, dialogue – en tant que genre littéraire –, théâtre, etc.), que les interactions entre ces deux objets définissent, constituent le troisième volet du thème 2. Il s’agit d’interroger le passage de l’oralité au texte écrit, d’analyser les conditions et modalités d’énonciation de la parole orale, mais aussi les conditions textuelles de sa conservation ou de la présentation d’un matériau comme relevant d’une telle opération. La question du but poursuivi lors de pareilles opérations et, plus généralement, des stratégies discursives mobilisées lors de toute mise en texte, s’articule de façon naturelle avec cette orientation scientifique. Elle sera envisagée, de façon particulière, au prisme de l’obliquité du discours ou, du moins, à celui d’un art du détour qui atteste un degré élevé de virtuosité rhétorique et stylistique. Il reflète, à son tour, la mobilisation contingente des instruments rhétoriques, stylistiques et communicationnels à l’œuvre à l’intérieur de l’espace textuel ainsi que la prégnance d’éléments contextuels singuliers sur le recours à certaines stratégies.